Où étais-tu passé?

Boulot, étude, syndrome de la page blanche, manque de temps… ?

Non je n’ai pas abandonnée mon blog, même si c’est vrai que je n’ai rien posté pendant plusieurs mais je n’étais jamais bien loin. Mais alors, pourquoi?

Plusieurs choses on fait que je n’étais plus présente sur mon blog, dont les raisons citées plus haut. 

Mes études m’ont pris beaucoup de temps et d’énergie, ce qui a fait que je n’avais ni le temps, ni l’envie d’écrire. Quand enfin j’avais du temps pour moi, je passais sur le blog mais aucune inspiration ne venait. Rien, la page blanche. J’ai eu des idées de sujet mais rien ne voulait en ressortir donc je ne me suis pas forcée. J’ai laissé passer le temps en me disant que l’envie et l’inspiration finiraient bien par revenir un jour. Et ce fut le cas.

Un soir, une idée sortie de nul part surgit! Avant de perdre le fil, je me précipite sur Word et je tape. Les mots me viennent les uns après les autres, tout s’enchaîne et je trouve mon sujet très intéressant. En seulement quelques minutes mon texte était fini et j’en était plutôt contente, je l’ai donc posté. Puis comme tous les personnes qui tiennent un blog, une chaîne YouTube ou autre, j’ai du y faire face également…
Si je me souviens bien c’était le lendemain. Je reçoit un commentaire, mais pas n’importe lequel, un commentaire pas très agréable. Un commentaire négatif mais attention, pas un commentaire construit, qui explique pourquoi la personne n’a pas aimée ou qu’elle ne partage pas notre avis. Ce n’étais pas un commentaire qui te dis « fais gaffe, tu t’es peut-être mal exprimé ». Non. C’était un commentaire haineux. La fille qui m’a laissé ce commentaire m’a insultée, et a abordée de ma vie privée. Je sais bien qu’il ne faut pas s’arrêter à ce genre de choses et je suis du genre à n’en avoir rien à faire, mais là je ne sais pas. Sur le moment je n’ai pas su faire la part des choses et je l’ai pris (peut-être trop) à cœur.
Je me suis dit : « Mince j’ai surement était maladroite », ou bien « je n’ai pas réussit à formuler correctement mon message ». En fait, je me suis beaucoup remise en question. J’ai fini par supprimer l’article pour pouvoir le retravailler et le re-poster sans que ça ne blesse personne.

Cette histoire m’a mis un coup sur ma confiance en moi (qui n’est pas très grande) et je me suis remise plusieurs fois en question. C’était la première fois que j’avais un tel message et j’ai compris que ce ne serait surement pas le dernier. Alors je vais faire ce que j’aime, je vais écrire comme je le souhaite et au diable les personnes qui perdent leur temps à insulter les autres au lieu de faire quelque chose de constructif de leur vie.
Attention je ne suis pas contre les commentaires négatif dans lesquels on explique réellement son point de vu, on dit pourquoi on n’aime pas ou pourquoi ça ne nous plait pas. Au contraire, je suis pour car ils nous permettre de grandir, de se remettre en question (dans le bon sens du terme),  à retravailler son article/sa publication. 

Je me suis également cherchée. Cherchée dans le sens ou mon blog ne me plaisait plus totalement. Son habillage, son organisation et surtout son nom. Comme je l’ai dit, je gardais toujours un œil sur cette plateforme et si vous êtes passé ici, vous avez dû remarqué que le nom à pas mal changer. L’ancien nom que je lui avais donné me paraissait un peu trop fifille (cucul comme d’autre diront), puis le suivant ne me plaisait plus et j’en ai trouvé un autre qui au final était trop banal. Je voulais quelque chose d’original qui me plaise et qui reflète ce que je veux faire ici. 
Je veux mettre de tout sur mon blog, des livres, des voyages, mes envies, mes pensées, du lifestyle, partager des articles que j’aime ou que j’ai acheté, des photos, mes humeurs, mes écrits… bref une bonne partie de ma vie. Un journal sur mes goûts, mes idées, mon quotidien, mon intimité. Un journal intime en quelque sorte. 
C’est là que me sont revenu mes cours de japonais, plus particulièrement ceux de littérature. Au Japon à l’époque Heian, s’est développé un nouveau genre littéraire qu’on appelle: « Nikki », qu’on pourrait traduire par « journal intime ». C’était surtout les femmes de la cour qui l’utilisaient, (mais nous ne sommes pas la pour faire un cours de littérature japonaise peut-être un jour…). Bingo! Ce sera Marine Nikki.

Tout ceci pour vous prévenir de mon grand retour parmi la blogosphère qui m’a bien manquée. 

Marine

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s